Norme ILSAC - International Lubricant Standardization and Approval Committee

L'International Lubricant Standardization and Approval Committee (ILSAC), regroupe deux organismes de constructeurs de véhicules de tourisme, l'un américain, l'American Automobile Manu-facturers Association (AAMA) et l'autre japonais, la Japan Automobile Manufacturers Association (JAMA). Il élabore depuis 1990 des spécifications d'huiles pour moteurs à essence de basse viscosité permettant des économies de carburant (grades SAE 0W-xx, 5W-xx et 10W-xx).
Ces spécifications, notées ILSAC GF-x (x=1,2,3,4 ou 5), intègrent les exigences des classifications de service API SH, SJ, SL, etc…, auxquelles s'ajoutent les exigences d'économies de carburant évaluées, selon les procédures ASTM séquences VI, VIA puis VIB, ainsi que des performances physico-chimiques minimales de laboratoire.

Les spécifications ILSAC

ILSAC GF-1 : (Obsolète depuis le 1/08/1997)
Pour une huile économique

ILSAC GF-2 : (Obsolète depuis le 31/03/2002)
Pour une huile standard

ILSAC GF-3 : (Obsolète depuis le 30/04/2004)
Pour une huile de qualité supérieure.
Le cahier des charges est proche de la spécification API SL.
Depuis le 1er juillet 2001, cette norme est exigée pour la validation des garanties des véhicules neufs.

ILSAC GF-4 : (Sera Obsolète le 30/09/2011)
Offrent les avantages suivants :
- Résistance à l'oxydation élevée pour faire face aux hautes températures internes de fonctionnement des moteurs.
- Augmentation du rendement par une détergence accrue empêchant plus efficacement la formation de dépôt sur les pièces chaudes en mouvement. Contribue à la propreté des moteurs.
- Augmentation de l'économie de carburant par une meilleure réduction des frottements interne.
- Amélioration de la protection des systèmes d'échappement, augmentation de la durée de vie des systèmes de post-traitement et répond aux normes les plus strictes d'émissions.
Le cahier des charges est proche de la spécification API SM.

ILSAC GF-5 : (Effective depuis le 01/10/2010)
Conçu pour apporter des améliorations par rapport à ILSAC GL-4 dans les catégories suivantes :
- Economie de carburant
- Protection des systèmes de contrôle des émissions
- Resserrement des limites de dépôt et boues
- Niveau de phosphore retenu à 0.08%
- Test émulsion pour E85
- Exigences formalisées compatibilité avec les joints
Le cahier des charges est proche de la spécification API SN.

Par ailleurs, dès le début de la classification des lubrifiants, les constructeurs ont cherché à imposer les tests effectués sur leurs propres moteurs. Ces classifications constructeurs se sont développées au début des années 80. Le développement des boues noires et une vague de défaillance par usure de distribution, incitent alors les constructeurs à être plus sévères que l'API et ACEA.
Les principales spécifications constructeurs sont Caterpillar, Cummins, Fiat, Ford, General Motor, Mercedes, Volkswagen et Renault V.I

 

 

Norme JASO - Japanese Automotive Standard Organisation

Aujourd'hui, les normes de référence dans le domaine des lubrifiants pour moto sont les normes JASO.
Il faut distinguer d'une part la norme JASO attribuée aux 2T et d'autre part celle attribuée au 4T

Le 2 Temps
Le niveau le plus élevé pour une huile 2 T est JASO FC.

Pour qu'un lubrifiant obtienne la norme JASO FC il doit être anti-dépôt, anti-fumée et avoir subi avec succès les tests de lubrification et de détergence.
Lorsqu'un lubrifiant répond avec succès à tous les tests, la Japanese Automotive Standard attribue un certificat et un numéro d'accréditation qui doit figurer sur le bidon sous forme d'un logo déterminé.

Le 4 Temps
Le niveau le plus élevé pour une huile 4T est JASO MA.

Aujourd'hui, pour le 4T les normes de référence ne sont plus américaines mais japonaises en ce qui concerne la moto.

Pour qu'un lubrifiant 4T obtienne la norme JASO MA , il doit répondre aux exigences les plus sévères en terme de lubrification en tenant compte de la spécificité de la moto où généralement l'embrayage baigne dans l'huile (test anti-glissement et friction).
Lorsqu'un lubrifiant répond avec succès à tous les tests, la Japanese Automotive Standad attribue un certificat et un numéro d'accréditation qui doit figurer sur le bidon sous forme d'un logo déterminé.

 

Norme NMMA - National Marine Manufacturers Association

Pour les huiles destinées aux moteurs de hors-bord.

En avril 1992, la spécification NMMA TC-W3 a remplacé la NMMA TC-WII.

En plus de caractéristique physico-chimiques minimales (fluidité et viscosité à -25°C, propriété antirouille et filtrabilité), elle repose sur les résultats de 5 essais moteurs : dépôts de piston et gommage des segments sur moteur OMC 40 ch et OMC 70 ch, pouvoir lubrifiant sur moteur Mercury 15 ch, serrage de piston sur moteur Yamaha CE 50S et préallumage sur le même moteur.

Le niveau le plus élevé pour une huile 2T marine est NMMA TC-W3R

 

Norme ACEA - Association des Constructeurs Européens d'Automobiles

Organisme créé en 1991, représentant l'industrie automobile européenne en matière de carburants et lubrifiant, remplaçant l'ancienne norme européenne CCMC (Comité des Constructeurs du Marché Commun) qui datait de 1972 et CLCA (Comité de Liaison des Constructeurs Automobiles). Les premières spécifications ont été introduites en 1996. Depuis, 2 autres éditions ont été publiées en 1998 et 1999. Elles sont toutes en général économique en carburant.

La classification API étant conçue pour les moteurs américains, les constructeurs européens ayant des contraintes différentes, ont élaboré la norme ACEA et leur propre système de classification.

Les normes ACEA se distinguent en quatre groupes :

·         A Pour les moteurs essences.

·         B Pour les moteurs Diesel de tourisme.

·         C Pour véhicules légers équipés de catalyseur et filtre à particules.

·         E Pour les moteurs Diesel de véhicules utilitaires et poids lourds.

Chaque groupe de spécification comprend plusieurs niveaux de performance indiqués par un chiffre (1,2,3, ...), suivi des deux derniers chiffres de l'année d'introduction de la version la plus récente

 

Norme API - American Petroleum Institute

Ce label est en fait une licence cédée par l'American Petroleum Institute. L'API a établi des classifications basées sur des résultats obtenus sur bancs d'essais. Les moteurs américains utilisés permettent d'évaluer les performances de lubrifiants en termes de détergence, dispersivité, anti-usure, anti-oxydation, propreté des pistons, etc...

La Norme API pour les huiles moteurs :

Cette norme est composée de deux lettres :

La première lettre caractérise l'application :

·         'S' (Service) concerne les moteurs essence de SA à SM

·         'C' (Commercial) concerne les moteurs diesel de CA à CF

La seconde lettre caractérise la performance de l'huile ou (la sévérité du service que l'huile peut supporter). Elle est donnée par ordre croissant.

Pour obtenir cette norme, un lubrifiant doit passer avec succès quatre tests moteurs qui tiennent compte de :
- L'élévation de la température des huiles moteur en service,
- L'allongement des intervalles de vidanges préconisé par les constructeurs,
- La recherche des performances moteur,
- La protection de l'environnement,

La SAE qui a collaboré avec l'API pour la mise au point de cette classification a déterminé les catégories d'huile, chacune étant définie à la fois par le type de service et par des essais sur moteur. Ce nombre de catégories n'est pas limité.

De nouvelles catégories pourront être ajoutées chaque fois que de nouvelles exigences apparaîtront chez les constructeurs

 

ZEHNlubrifiants / 2016